Crème Catalane… Et Viva Barcelona

DSC03629

Salut les amis,

Me voilà de retour après quelques semaines de vacances bien méritées.

Mon escapade catalane à Barcelone a été formidable, je suis revenue la tête pleine de souvenirs et les valises chargées de surprises.

Avant de vous prêter mes yeux pour voir des merveilles (architecture, cuisine, culture), je voulais entamer cette rentrée avec un dessert gourmand.

Avant mes vacances, je n’étais pas très fan des desserts à base de lait et d’œuf, je les trouvais parfois trop sucrés, trop lourds et pas assez raffinés. Mais ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

J’ai eu une révélation culinaire à Barcelone en gouttant à la crème catalane ! La meilleure que j’ai pu déguster était servie au restaurant Cuines Santa Caterina dont je vous parlerai dans un prochain post. La cousine de la crème brulée (cuite au four) était tout à fait à mon goût, fondante et onctueuse. J’ai donc reproduit cette recette, trouvée dans l’un des livres de cuisine catalane achetés là-bas (Barcelone gastronomie et cuisine).

D’ailleurs, sachez que ce dessert est le plus typique de la cuisine catalane. Il est associé à la fête de la Saint-Joseph, on le connaît d’ailleurs sous le nom de Crema de Sant Josep.

Allez Viva Barcelona !

Crema Catalana:

Pour 4 personnes (environ 30 minutes de préparation)

500 ml de lait

4 jaunes d’œuf

100 g + 12 cuillères de sucre

20 g d’amidon ou de maïzena

1 bâtonnet de cannelle

1 zeste de citron ( j’ai mis ½ de zeste de citron et ½ de zeste d’orange)

Porter le lait à ébullition avec la cannelle et le zeste de citron. Quand le lait se met à bouillir, le retirer du feu, le couvrir et laisser refroidir.

Pendant ce temps, battre les jaunes d’œuf avec les 100g de sucre jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Ajouter l’amidon et continuer à battre. Ajouter quelques cuillères de lait tiède et bien mélanger jusqu’à ce qu’il soit bien intégré.

Mélanger la préparation de jaunes avec le reste du lait, retirer le zeste et remettre à cuire à feu très doux.

Faire cuire quelques minutes sans laisser bouillir et en remuant constamment jusqu’à obtenir la texture d’une crème. Retirer du feu et verser dans un plat ou dans des petits plats de terre individuels. Mettre au frais si vous souhaitez les déguster fraîches.

Ensuite vous pouvez brûler la crème en versant le restant de sucre dessus, au four ou avec un chalumeau de cuisine. A faire au dernier moment pour obtenir une couche croquante.

Bonne dégustation.

Pause estivale

J’ai commencé ce blog en début d’année un peu comme un jeu et puis je me suis investie de plus en plus afin de partager avec vous des choses qui me tenaient à cœur.

Après plusieurs mois de présence sur la toile, je m’accorde enfin une petite pause estivale bien méritée.

Mais je ne vous oublie pas pour autant, je reste présente sur Twitter et Instagram pour partager quelques clichés et reviendrai bientôt sur le blog avec plein de nouveautés et des surprises.

Je vous souhaite de bonnes vacances où que vous soyez ou bon courage si vous travaillez encore.

A très bientôt.

Tarte à la rhubarbe meringuée à l’alsacienne

Salut les loulous,

C’est la dernière ligne droite avant les vacances et je ne pouvais pas partir sans vous offrir une dernière parenthèse gourmande !

Il y a quelques jours, j’ai eu une folle envie de tarte à la rhubarbe meringuée.

J’ai donc trouvé une magnifique recette sur le site de Sandra Pascual de Cuisine Addict. J’aime beaucoup ce site et la recette était idéale pour mon envie du moment.

Je me suis donc armée de rhubarbe surgelée puisqu’elle n’est pas de saison et me suis mise au boulot.

Cependant, avec la rhubarbe surgelée, je n’ai pas pu garder les morceaux entiers, j’ai donc un peu modifié la recette en faisant une compote avec un peu de beurre, du sucre et du miel (étape 1).

Un vrai régal ! Merci à Sandra pour sa recette.

Ingrédients pour un cercle à tarte de 28 cm de diamètre:

1 pâte brisée (clic pour la recette de Sandra)

1,5 kg de rhubarbe

3 oeufs + 1 blanc

100 g de sucre en poudre + 50 g pour dégorger la rhubarbe

20 cl de crème liquide

1 sachet de sucre vanillé

130 g de sucre glace

1) Préchauffez votre four à 230°C. Pelez les tiges de rhubarbe et coupez les en tronçons d’environ 1 cm. Plongez les bâtonnets dans l’eau bouillante pendant 1 minutes puis égouttez les. Laissez la rhubarbe dans la passoire et saupoudrez-là des 50 g de sucre. Laissez-la rendre son eau pendant une vingtaine de minutes.

2) Beurrez un moule à tarte et abaissez-y la pâte brisée. Piquez-la avec une fourchette et réservez au frais.

3) Dans un bol battez ensemble l’œuf entier et 2 jaunes (réservez les blancs) avec les 100 g de sucre semoule et le sucre vanillé jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne mousseux. Ajoutez la crème et fouettez pour mélanger.

4) Égouttez bien la rhubarbe et déposez-là sur le fond de tarte. Recouvrez du flan. Enfournez pendant 30 minutes. La couche de couleur marron que vous voyez en dessous de la meringue est le résultat de la caramélisation de l’appareil à base de sucre et de crème.

5) Pendant ce temps battez les 3 blancs d’œufs en neige bien ferme, puis ajoutez le sucre glace petit à petit. Lorsque la tarte est cuite sortez-là du four et baissez la température à 100°.

6) Garnissez la tarte de meringue à l’aide d’une poche à douille et remettez au four pendant 1 heure et demi (voir plus, il faut que le dessus de la meringue soit bien sec). A la fin de la cuisson laissez la tarte refroidir dans le four éteint.

Brioche aux perles de sucre

Coucou les amis,

Avant de prendre le large pour des vacances bien méritées, je voulais partager avec vous un dernier moment gourmand.

J’ai testé plusieurs recettes de brioches sans parvenir au résultat escompté et j’étais décidée à partir en vacances en ayant réussi une belle brioche bien moelleuse.

Et c’est avec l’aide de ChefNini qui s’est inspirée de Parlinettes que j’ai ENFIN trouvé LA recette de la brioche aux perles de sucre.

La voici donc, à faire les yeux fermés.

Pour 6 personnes :

250 ml de lait

75g de beurre

1 cc de sel

2 cs de sucre en poudre

1 sachet de sucre vanillé

450g de farine

1 sachet de levure de boulanger déshydraté

du sucre perlé

J’ai ajouté 1càs d’arôme de fleur d’oranger.

1- Versez tous les ingrédients dans la machine à pain (excepté le sucre) et lancez le programme pâte levée. Si vous n’avez pas de machine à pain, vous pouvez réaliser cette recette à la main en travaillant bien tous les ingrédients, ou laisser votre robot faire le travail avec l’accessoire «Pétrin» (c’est ce que j’ai fait).

2- Déposez la pâte sur le plan de travail, dégazez et formez des boules de 50g environ. Mettez-les dans un moule à cake et faites lever 1 heure dans un endroit chaud et humide (pour ma part j’ai dû la laisser 3h).

3- Badigeonnez de jaune d’oeuf ou de lait et décorez avec un peu de sucre perlé. Faites cuire au four préchauffé à 180°c pendant 40 minutes environ en surveillant.

4-Démoulez et faites tiédir sur une grille.

Ca monte, ça monte !

DSC02550

DSC02574

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et si vous avez une question, on trouvera sûrement la réponse. Bonne dégustation!

Cookies très chocolat façon Sylvie Aït-Ali

Il y a un proverbe arabe qui dit : «Imite mais n’envie jamais» عاند و لا تحسد

Et c’est bien ce que j’essaye de faire dans la vie et particulièrement en cuisine.

S’il y a des blogs que j’affectionne particulièrement, celui de Sylvie figure sans nul doute dans mon Top Ten.

J’aime vraiment beaucoup ses recettes ainsi que ses photos, qui racontent à chaque fois une histoire différente. Son blog dégage de l’amour (si si) et une soif intense de partage.

J’ai donc modestement essayé de reproduire la recette de cookies très chocolat et pistaches.

Je conjuguais pour la première fois les pistaches avec le chocolat et je trouve que le résultat est plutôt réussi.

Voici donc la recette :

Pour environ 20 cookies

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 25 minutes

Ingrédients :

-100 g de chocolat noir

-70 g de beurre

-1 oeufs

-100 g de sucre

-100 g de farine

-1CS à cacao en poudre

-60 g de pistaches

-1/2 cc de levure chimique

-1/2 cc de bicarbonate de soude

-1 pincée de sel

Torréfiez les pistaches pendant 5 minutes à 200°C (th.6-7). Attention qu’elles ne brûlent pas. Réduisez 40 g en poudre grossière.

Faites fondre le chocolat avec le beurre au micro-onde. Laissez tiédir et ajoutez l’œuf, puis tous les autres ingrédients, mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Placez-la 15 minutes au frigo.

Formez des petites boules que vous déposerez sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Espacez-les bien car ils vont s’étaler à la cuisson. Inutile de les écraser.

Placez les plaques dans le frigo 20 minutes. Faites cuire les cookies 25 minutes à 140°C (th.5).

Et voilà le résultat.

 

Sablés à la confiture et voyage en Syrie !

DSC02129

Je ne pouvais pas attendre plus longtemps avant de vous faire part de ma recette de petits sablés à la confiture (recette universelle).

Je vous avoue que ce ne sont pas mes préférés mais ils me rappellent mon enfance, des compagnons de la vie de tous les jours, présents sur la table des festivités lors des fêtes (l’Aïd, Achoura, Mouloud) ou bien lors des anniversaires, des goûters avec le fameux café au lait ( ne privez jamais un algérien- sauf moi- d’un café au lait sinon gare à vous). Je me souviens avoir toujours vu ces sablés trôner sur les tables lors des évènements familiaux…ces moments pleins de convivialité et de chaleur. Et comme j’aime ça la convivialité et le partage, et bien je m’empresse de vous donner cette recette que j’ai réalisé il y a quelques jours…

J’aime aussi le partage des mots, voici donc un merveilleux poème de Nizâr Qabbânî, un poète syrien exceptionnel :

O, ma bien-aimée, il y avait autrefois à Baghdad

Un calife qui avait une fille belle

Aux yeux

Verts tels des oiseaux

aux cheveux longs tel un poème

Les rois et les empereurs sont venus la voir

et lui proposèrent en dot

des caravanes d’esclaves d’or

Ils offrirent leurs couronnes

sur des plateaux en or

D’Inde est venu la voir un prince

de Chine lui est parvenue la soie

Mais la belle princesse

n’accepta ni les rois ni les châteaux ni les joyaux

Elle aimait un poète

qui venait lui offrir sur son balcon

tous les soirs une belle rose

et une belle parole..

Ingrédients (Pour environ 20 petits sablés):

– 250 g de farine

– 1 œuf

– 1 sachet de sucre vanillé

– 100 g de beurre mou

– 100 g de sucre semoule

– 50 g d’amande en poudre

– de la confiture ou de la pâte à tartiner

– du sucre glace pour la finition.

Préparation :

Mélangez le beurre mou avec le sucre semoule et le sucre vanillé.

Travaillez le mélange jusqu’à l’obtention d’une crème blanchâtre puis y ajouter l’œuf.

Mélangez le tout puis y ajouter la farine et les amandes en poudre.

Travaillez bien la pâte jusqu’à l’obtention d’une boule.

J’ai fait cela au robot et je n’ai eu aucun souci à avoir un belle pâte homogène.

Mettez la pâte en boule dans un récipient au réfrigérateur entre 30 et 45mn.

Farinez le plan de travail et abaissez la pâte avec un rouleau.

Détaillez à l’emporte pièce des formes au choix dont la moitié avec un trou au centre.

Mettez au four 10 à 15 min à 150°, ils doivent avoir une couleur blanche. Surveillez-les bien car ça va vite. Ne vous fiez pas aux apparences, les biscuits durciront encore après cuisson

Une fois les sablés cuits, laissez refroidir puis assemblez-les avec la confiture choisie.Une fois assemblés, saupoudrer les sablés de sucre glace à l’aide d’un petit tamis.

C’est prêt !!

 

Sablés au parmesan et pignons de pin

Coucou les loulous ! Vous désespérez face à un soleil capricieux qui refuse de se montrer dans son plus bel apparat ? OK Ok, mais que cela ne vous empêche pas de faire des petits apéros, le soir après une dure (et fraîche) journée de travail…Sinon vous pouvez aussi allumer vos lampes allogènes à fond pour remplacer l’éclat du soleil mais vous avouerez que ce n’est pas très écologique !

Pas de panique, j’ai pour vous une recette de sablés au parmesan qui fera obligatoirement entrer le soleil dans votre salon.

C’est une recette glanée sur le site Elle à Table, je l’ai personnalisée en ajoutant des pignons de pin et en changeant la température de cuisson (car à 200° les sablés s’effritent).

Allez souriez et dites : SOLEIL !

Et pour vous mettre l’eau à la bouche, un petit poème de Marc Antoine DESAUGIERS, une ode au cuisinier :

Un cuisinier quand je dîne

Me semble un être divin,

Qui du fond de sa cuisine

Gouverne le genre humain.

Qu’ici bas on le contemple

Comme un ministre du ciel,

Car sa cuisine est un temple

Dont les fourneaux sont l’autel.

DSC02075

Pour 8 personnes:

Préparation : 15 mn

Temps d’attente: 1h

Cuisson : 15mn

INGRÉDIENTS :

Pour environ 40 sablés :

Recette de base:

100 g de parmesan fraîchement râpé

180 g de farine

2 jaunes d’œufs

1 c. à café de piment d’Espelette en poudre

120 g de beurre à température ambiante

J’ai ajouté quelques pignons grillés et coupés en petits morceaux.

Vous pouvez ajouter des herbes, ou d’autres graines ( lin, sésame, courge).

Mélangez dans un saladier le parmesan avec le beurre. Ajoutez ensuite la farine, le piment d’Espelette, 2 pincées de sel, les pignons.

Mélangez puis ajoutez les 2 jaunes d’œuf . Pétrissez avec une cuillère en bois, la pâte doit rester homogène.

Divisez la pâte en plusieurs morceaux et formez des « boudins » de 3 cm de diamètre environ (ou plus si vous voulez des grands sablés) Filmez-les et laissez reposer au réfrigérateur pendant 1 h environ ou 20 mn au congélateur (pour ma part j’ai laissé 25 au congélo et c’était parfait). Cela permet à la pâte de se raffermir.

Préchauffez le four à 180° 15 mn avant de cuire les sablés,

Retirez le film autour de la pâte et découpez chaque boudin en tranches d’environ 8 mm d’épaisseur (le couteau doit être bien aiguisé sinon bonjour les dégâts).

Disposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé (ou plaque farinée) et faites-les cuire au four, 15 mn environ : Les biscuits doivent être dorés.

Laissez-les refroidir complètement sur une grille.

DSC02064

Ces sablés sont très fragiles ils s’émiettent donc facilement, mais c’est un délice à l’apéro.

Ah oui, vous pouvez les conserver quelques jours dans une boite hermétique.

Bon appétit !

 

Achète des abricots, Des pompons, Des artichauts

Je n’ai pas attendu le programme nutrition santé pour manger 5 fruits et légumes par jour….surtout les fruits, j’adoooore ça et de saison s’il vous plait ! Cerises, framboises, fraises, abricots, pastèque….. bon ok j’arrête là !

J’aime tout particulièrement les cuisiner, les transformer, les sublimer, ni trop, ni pas assez, en faire des tartes, de savoureux desserts et les partager.

En faisant un petit tour au marché le week-end dernier, j’ai vu de très beaux abricots qui me faisaient du gringue, il fallait donc que j’en achète. J’ai également acheté le dernier ELLE à Table dans lequel il y avait une recette de..…allez je vous le donne en mille : des financiers aux abricots, si ce n’est pas une coïncidence ça !

Bref, tout cela pour vous dire que je me suis régalée à faire ces petits financiers qui sont un vrai délice à l’heure du thé.

Dans le magazine ils précisent qu’on peut réaliser 40 mini-financiers avec la recette mais je n’en ai fait que 9 grands ( dans un moule en silicone )

Je transcris la recette exactement comme dans la magazine :

Préparation: 25 minutes

Cuisson: 12 mn ( plutôt 15 pour moi)

Ingrédients:

Couper chaque oreillon d’abricot au sirop ( env 240g) en 3 ou 4 quartiers (J’avais des abricots frais donc je les ai fait caraméliser dans un mélange de beurre et de sucre)

Vous sentez cette bonne odeur ?

Vous sentez cette bonne odeur ?

Tamisez ensemble 150 g de sucre glace, 50 g de poudre d’amande et 50 g de farine.

Incorporez petit à petit 125g de blanc d’œufs (environ 4 petits œufs) et fouettez au batteur électrique.

Versez 12cl d’huile d’olive tout en continuant à fouetter.

Arrêtez dès que l’huile est incorporée.

Versez l’appareil dans une poche à douille ou utiliser une petite cuillère pour remplir le moule à mini financiers.

Remplissez presque à hauteur (le magazine a écrit presqu’à mais je crois que le mot presque ne s’élide pas devant voyelle, voilà voilà) et déposez un morceau d’abricot sur chaque financier.

Enfournez à th.7/210° pendant 12 minutes (j’ai du les laisser un peu plus de 15 mn)

Les financiers sont cuits lorsqu’ils sont bien dorés.

Attendez 5mn avant de les démouler, puis laissez les refroidir sur une grille. Décorer avec des pistaches émondées.

DSC02031

J’ai suivi la recette à la lettre et le résultat était très joli, mais j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose, peut-être du sucre vanillé, quelques gouttes d’arôme d’amande amère ou plus de poudre d’amande, je n’ai pas vraiment retrouvé le goût des financiers, n’hésitez donc pas à y mettre votre touche.

Et pour finir sur cette notre sucrée, quelques vers de Pierre de Ronsard:

Achète des abricots,

Des pompons, des artichauts,

Des fraises et de la crème

C’est en été ce que j’aime,

Quand, sur le bord d’un ruisseau,

Je les mange au bruit de l’eau,

Etendu sur le rivage

Ou dans un antre sauvage.

Cookies au chocolat

DSC01924
DSC01911

La météo nous joue des tours en ce moment, plus il fait moche et plus j’ai envie de cuisiner

Après avoir participé au concours de 750grammes sur le thème de l’huile d’Olive (recette ici), voilà que CuisineAZ en collaboration avec Alter Eco propose le concours du meilleur dessert avec un produit Alter Eco.

Cela tombait bien, il pleuvait des cordes et j’avais du chocolat noir Intense Alter Eco au fond de mon placard.

Ce n’est pas tant les concours qui me motivent mais le fait de partager mes recettes, prendre de belles photos et profiter de ce moment pendant lequel je suis en harmonie avec mes sens.

Ni une, ni deux, je me suis attelée à la tâche afin de préparer de délicieux cookies au chocolat.

J’ai ressorti un livre qui me tient particulièrement à cœur et que je n’ai pas utilisé depuis longtemps, « Le Larousse des Desserts » de Pierre Hermé.

Voici donc cette recette facile qui mettra du baume au cœur par ce temps capricieux !

Préparation : 25 min

Cuisson : 8 à 10 min par fournée.

Ingrédients :

110 g de beurre mou

175 g de chocolat noir ou de pépites de chocolat noir

110 g de sucre roux

100 g de sucre en poudre

1 œuf

225 g de farine

1/2 cuillère à café de levure chimique

1 pincée de sel

1/2 cuillère à café de vanille liquide

Préparation :

Préchauffez le four à 170 °C (therm. 5-6).

Faites ramollir le beurre. Râper le chocolat sur une râpe à gros trous, ou hachez-le au couteau (vous pouvez utiliser des pépites de chocolat si vous le souhaitez).

Battez le beurre dans un grand saladier avec les deux sortes de sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne mousseux. Ajoutez l’œuf entier, puis la vanille liquide.

 

Tamisez la farine avec la levure et le sel. Versez le tout peu à peu dans le saladier (j’utilise une petite passoire pour cela), en travaillant bien avec une spatule en bois pour éviter la formation de grumeaux. Puis incorporez à la pâte le chocolat râpé.

Mettez une feuille de papier sulfurisé sur une plaque. Disposez des petits tas de pâte bien espacés sur la plaque. Aplatissez-les avec le dos d’une cuillère farinée de façon à former des disques de 10 cm de diamètre environ.

Enfournez pendant 8 à 10 minutes ( je laisse jusqu’à 12mn pour des cookies très croustillants) Sortez-les du four, posez-les sur une grille. Servez-les tièdes ou froids.

Les Séductions du Palais

Les parisiens le savent, le soleil joue à cache-cache en ce moment, alors il n’y a rien de mieux à faire que d’aller flâner dans l’un des nombreux musées qu’offre la capitale.

Parmi les nombreuses expositions, celle qui a suscité mon intérêt est sans doute LE rendez-vous à ne pas manquer !

« Les séductions du Palais, cuisiner et manger en Chine » au Musée du Quai Branly. Cette exposition sur les arts de la table à travers l’histoire chinoise m’a mis l’eau à la bouche…

L’idée de trouver différents types de vaisselles pour la plupart inédites en France m’a enchantée et je ne fus pas déçue !

On découvre une rétrospective de la table du néolithique au 19ème siècle. C’est un merveilleux voyage initiatique à travers les dynasties (Zhou, Song, Yuan), les matériaux (le gré, le bronze, la céramique, l’or) et les traditions culinaires (les grillades, les épices, l’influence des cuisines venues d’ailleurs, le thé..etc).

Le parcours est ponctué de recettes ancestrales publiées sur les murs entre deux œuvres, comme la recette du chien braisé dans un bouillon de tortue ou celle de l’oie farcie rôtie dans l’agneau.

Par ailleurs, le musée Branly est le premier musée français à collaborer avec le Musée nationale de Chine d’où proviennent la plupart des œuvres, c’est donc un rendez-vous exceptionnel.
Bien sûr, je n’ai pas pu résister à mon péché mignon (les livres de cuisine) et je suis repartie avec deux d’entre eux !

Du 19 Juin au 30 Septembre 2012

Infos pratiques :

Musée du Quai Branly

37, quai Branly

75007 Paris

Tél. : 01 56 61 70 00mardi, mercredi et dimanche

de 11h à 19h

jeudi, vendredi et samedi

de 11h à 21h

http://www.quaibranly.fr

1 8 9 10 11