Cigares aux amandes et fleur d’oranger façon nems

DSC05658

N’avez vous jamais rencontré une personne dont le visage vous est familier ?

J’ai eu cette sensation de déjà vu en rencontrant Emilie pour la première fois par le biais de mon travail.

Elle est toujours souriante et j’adore cela. Les gens souriants sont rares de nos jours les amis, qu’on se le dise…si si !

Alors lorsqu’elle m’a dit qu’elle adorait les pâtisseries agériennes, je n’ai pas hésité une seule seconde à lui proposer un petit atelier.

Elle a non seulement accepté mais en plus elle est venue chez moi avec une brioche aux pralines roses, levée et prête à être enfournée. Un vrai délice !

Nous avons opté pour une recette de cigares aux amandes et fleur d’oranger transmise par ma mère, avec une petite customisation puisque les cigares ressemblent plutôt à des nems cette fois ! A la base, nous voulions réaliser des petits cigares mignons mais la gourmandise l’a emportée sur la raison et nous avons eu la main lourde sur les amandes. Mais c’est tellement bon !

Voici donc la recette pour une dizaine de cigares:

Ingrédients:

10 Feuilles de brick

200 gr d’amande émondées et hâchées grossièrement (je les passe quelques minutes au four afin que l’arôme des amandes se révèle)

75 gr de sucre

2 c à s d’eau de fleur d’oranger

Le zeste râpé de 1 citron non traité

Une bonne pincée de cannelle

Huile de friture (j’utilise l’huile de tournesol)

250 gr de miel liquide.

Préparation:

Mélangez cette joyeuse bande d’ingrédients avec amour et garnissez vos feuilles de brick comme sur ce lien

Mettez l’huile à chauffer doucement, lorsqu’elle est bien chaude, baissez le feu et faites dorer vos cigares.

Faites chauffer le miel dans une casserole et plongez-y les cigares quelques instants, égouttez sur une grille.

Vous pouvez saupoudrer de graînes de sésame et déguster avec un bon thé à la menthe.

Kesra Algérienne

DSC05142

Je dis toujours que le pain c’est la vie mais la kesra algérienne c’est bien plus que cela. C’est le nirvana, surtout lorsqu’elle est accompagnée de soupes algériennes comme la chorba ou la Hrira

Il y a quelques mois, lors de mon dernier séjour à Alger, ma mère a eu la gentillesse de m’apprendre les bons gestes pour réussir cette galette.

Je vous rassure, c’est très simple à réaliser et surtout vous n’avez pas besoin de la cuire sur un plat en terre comme à l’accoutumée mais une simple poêle à crêpes suffit.

En général la kesra ressemble plutôt à une grande galette à partager mais j’ai voulu jouer un peu avec la pâte et en faire des petites kesra individuelles. Le résultat est franchement pas mal.

Kesra OK

La Kesra dans sa forme classique

Temps de préparation : 15mn

Ingrédients:

500 g de semoule fine

1 petit verre à thé d’huile

½ c à c de sel

Eau

Verser dans un cul de poule la semoule, le sel. Ensuite ajoutez l’huile et mélangez bien.

Mouillez doucement avec l’eau tiède tout en pétrissant jusqu’à ce que vous obteniez une pâte ferme mais pas dure.

J’ai fait plusieurs tests avec qui une pâte qui n’a pas reposé et le résultat est le même qu’avec une pâte qui repose (Ah j’imagine déjà certaines personnes pressées avoir le sourire aux lèvres !!)

Faites chauffer la poêle à feu moyen. Formez des petites boules et étalez les avec un rouleau pour en faire des petits ronds (on peut aussi se servir d’un emporte-pièces).

Piquez les galettes avec une fourchette sur toute la surface afin qu’elles ne gonflent pas à la cuisson.

Faites cuire les mini-galettes dans la poêle bien chaude sur tous les côtés, partout, partout, partout !

Une fois les galettes dorées, il vous suffit de les retirer et les laisser refroidir dans un linge propre.

Il ne vous reste plus qu’à déguster en version sucrée ou salée.

Khobz Tounes

DSC05055

Je suis arrivée à Alger il y a 3 jours afin de fêter la fin du ramadan avec ma famille mais également pour faire une vraie coupure avec la vie parisienne, le boulot, le stress…etc

J’avais besoin d’un break et le retour aux sources tombait à pic.

Alger n’a pas changé: il fait toujours 35° au mois de juillet, il est toujours bon de sortir avant midi pour ne pas souffrir de la chaleur et les fruits de saison sont exceptionnellement divins à cette période de l’année.

A peine arrivée que j’avais déjà un pied dans la cuisine pour aider ma mère à la préparation des bons petits plats qui ornent la table ramadanesque. Et pour la sahra (la soirée qui suit la rupture du jeûne), nous avons décidé de faire des petits gâteaux traditionnels aux amandes et à la pistache, parce qu’un bon thé à la menthe ne saurait se déguster sans une pâtisserie digne de ce nom.

Voici la recette de Khobz Tounes:

DSC05047

Nous avons réalisé cette recette avec des mesures (des cups) à partir d’un grand verre à thé.

Pour 12 gâteaux individuels

Temps de préparation: 30 minutes

Ingrédients pour la pâte :

1 mesure d’amandes mondées et grossièrement hachées

1 mesure de chapelure de pain

1 mesure d’œufs battus

1/2 mesure de sucre

1/2 mesure de beurre fondu

1 zeste de citron non traité

Eau de fleur d’oranger

Mélangez tous les ingrédients secs, ensuite ajoutez le beurre fondu et les œufs puis arrosez de deux c à s d’eau de fleur d’oranger

Remplissez des moules à muffins à moitié et enfournez à 180° pendant 30 à 45 minutes, les gâteaux doivent être dorés.

Pour le sirop:

Faites fondre 500 g de sucre avec 1/2 l d’eau, comptez 20 minutes à partir de l’ébullition afin que votre sirop soit prêt, vous pouvez ajouter le jus d’une orange pour plus de goût.

Arrosez les petits gâteaux une fois sortis du four et saupoudrez de pistaches hachées.

Bonne dégustation.

Salade de carottes tiède au cumin

DSC05024

La carotte est l’un des légumes que l’on peut consommer presque toute l’année et je peux vous dire que je ne m’en prive pas du tout. Je la cuisine sous toutes les coutures: froide, chaude, tièdes, en rondelles, en lamelles, tout y passe.

Il y a quelques jours, en skypant avec ma mère basée de l’autre côté de la Méditerranée, je lui ai demandé comme à mon habitude ce qu’elle avait cuisiné, elle a  tout de suite compris qu’elle devait dégainé sa recette du jour… Et oui, ma mère est un livre de recettes à elle toute seule. Elle est toujours partante pour tester de nouvelles préparations, améliorer ses recettes et c’est elle qui m’a transmis l’amour du partage et de la convivialité.

Alors maman je sais que tu ne kiffes pas trop internet mais si tu me lis, sache que je ne te remercierai jamais assez pour ça, nhabek !!

Et pour vous, voici la recette de la salade de carottes tiède au cumin.

Temps de préparation: 15 minutes

Temps de cuisson: 40 minutes

Ingrédients:

500 g de carottes (j’ai pris des bio de la Ruche qui dit Oui du 13 ème de chez Nicolas Thirard)

4 gousses d’ail

1 c à c de cumin

1 c à c de piment doux

1 bouquet de persil plat frais

1 c à s d’huile de tournesol

Sel/poivre

Pour les carottes c’est très simple: il vous suffit de les éplucher, les laver et les couper en rondelles. Pilez ensemble l’ail, le cumin, le piment doux dilués dans 2 c à s d’eau. Mettez de l’huile dans une marmite, versez la préparation et faites revenir à feu doux.

Hachez la moitié du persil que vous ajouterez à la préparation avec les carottes en remuant quelques minutes. Mouiller avec de l’eau jusqu’à ce que les carottes soit recouvertes. Dés l’ébullition, couvrez et laissez cuire à feu réduit en surveillant, les carottes doivent être fondantes. Vous pouvez ajouter un peu d’eau si nécessaire. Réduisez la sauce au maximum, jusqu’à ce que l’huile de cuisson apparaisse.

Il vous suffit ensuite de déposer les carottes dans un plat et de les agrémenter de persil plat et d’olives noires si l’envie vous en dit. A servir tiède !

Bonne dégustation.

Chekchouka algérienne

DSC02783
J’avais envie d’écrire un post léger pour introduire ma recette et puis je n’y suis pas arrivée.

Non pas que je sois en manque d’inspiration mais je n’avais simplement pas envie de faire semblant.

Hier j’ai été attristée par une nouvelle : le militant des droits de l’homme et syndicaliste algérien Yacine Zaid, arrêté le 01 octobre dernier (et passé à tabac) a été condamné à 6 mois de prison, il aurait agressé un agent des forces de l’ordre. Oui et la marmotte !!

 Son seul tort aura été de se faire entendre, d’élever la voix face au régime en place.

Cette nouvelle me rend triste, j’en ai même fait des cauchemars, d’autant plus que je suivais régulièrement l’actualité de Yacine sur le net, notamment via son blog. Il incarnait l’espoir, était le porte-voix de la jeunesse algérienne, où qu’elle soit !

 Je n’ai pas de mots pour exprimer ma colère, ce sentiment d’injustice et d’impuissance qui doit ronger tous les algériens ! Pourquoi s’acharner à faire taire Yacine ? Nous sommes tous des Yacine !

Je pense à lui, à sa famille et je lui dédie cette recette de chakchouka algérienne, j’espère qu’un jour il trouvera la paix et pourra déguster un repas digne de ce nom avec sa famille sans être inquiété.

 Bsahtek Yacine !

DSC02790

Recette pour 4 personnes :

Faites griller 4 poivrons ( 2 verts et 2 rouges) au four. Sortez-les et placez-les dans un sac en plastique afin que la peau se décolle facilement. Enlevez la peau, nettoyez-les et coupez les en lamelles.

Plongez 6 tomates dans de l’eau bouillante, comptez 1mn pour les sortir. Enlevez la peau et coupez-les en petits morceaux

Faites revenir dans une sauteuse, 1 gros oignon émincé, 2 gousses d’ail écrasées avec 1 càs d’huile d’olive

Ajoutez les poivrons et les tomates, 1 càc de paprika, 1càc de cumin. Salez, poivrez et laissez mijoter 30mn.

Au moment de servir, cassez 4 œufs sur les légumes et laissez cuire quelques minutes.

DSC02814
Vous pouvez déguster la chakchouka avec du pain maison (kesra) ou une baguette bien fraîche.

Ramadan un jour, Ramadan 30 jours

Dans quelques heures, tous les musulmans pratiquants de la terre (et même d’ailleurs) célébreront le mois de Ramadan. Avant d’être le mois du jeûne, c’est avant tout le neuvième mois du calendrier musulman ou calendrier de l’Hégire (hijri), et nous sommes en 1433.

Durant ce mois sacré, les musulmans doivent jeûner, c’est-à-dire s’abstenir de boire, de manger et d’avoir des rapports sexuels (ben oui faut le préciser ça aussi), du lever au coucher du soleil. C’est également un mois consacré à la méditation, à la prière et au pardon. Je suis évidemment la plus mal placée pour vous parler de pratiques religieuses car le mois de ramadan est avant tout pour moi, une période de partage et de convivialité, pour le reste…. Mais c’est également le mois de toutes les tentations culinaires, on ne pense qu’à ça !

Comme on dit chez moi: « Lorsque le ventre est plein, la tête chante » et à la tombée de la nuit, famille et amis se réunissent pour partager des plats savoureux et parfumés afin que la tête puisse chanter toute la nuit. En Algérie, s’il est une chose très importante pendant ce mois, c’est bien le menu concocté pour la rupture du jeûne et là je peux vous dire qu’il y en a pléthore. Afin de vous donner un petit avant-goût de ce qui se passera derrière les portes des jeûneurs après la prière du Maghreb (le coucher du soleil), voici quelques recettes des plus célèbres pour un mois qui l’est tout autant.

Vous sentez l’odeur de la coriandre là ?? Approchez-vous, encore ! Dans plusieurs pays du Maghreb, la rupture du jeûne (Al-Foutour) commence par quelques dattes, accompagnées d’un peu de lait (ou du petit lait, Laben). Ensuite les délicieuses soupes: chorba Frik (soupe à la tomate et au blé concassé), Hrira (soupe au levin), et Chorba Beida (soupe blanche aux vermicelles) défilent sur les tables dignes des mille et une nuit. Les soupe sont accompagnées de Bourek (des feuilletés farcis). Après cela, vient le plat principal qui change tous les soirs : Tajine aux olives, Tajine aux boulettes de viande….etc Et pour finir, le fameux et indispensable Tajine aux pruneaux pour ajouter une note sucrée et parfumée au menu. Ce week-end je me suis amusée avant tout le monde à préparer une divine soupe au blé concassé, des Bourek et un Tajine de pruneaux (Lham Lahlou ou viande sucrée).

Bourek à la viande hachée:

Pour 4 personnes:

* 300g de viande hachée

* 1 œuf

* Sel

* Poivre

* 1 cs de 4 épices

* 1/2 botte de persil

* 1 oignon

* 3 cuillères à soupe d’huile d’olive

* Du fromage râpé ou de la vache qui rit

* Des feuilles de bricks

* Un peu de beurre

Faites revenir l’oignon dans l’huile, ajoutez la viande, le sel, le poivre et enfin persil haché Couvrez et laisser cuire à feux doux. Une fois la cuisson terminée cassez-y un œuf. Laissez refroidir et ajoutez le fromage (vous pouvez aussi ajouter un morceau de vache qui rit dans chaque feuilleté lorsque vous farcirez les bourek).

Feuilles de bricks

Ouvrez les feuilles de bricks et mettez la face à l’intérieur. Pliez les deux extrémités de la feuille (photo ci-dessous) et enroulez le bourek en serrant bien des deux côtés.
 

 

Imbibez avec un peu de beurre pour fermer le bourek. J’ai également une petite astuce, j’utilise un cure dent pour fermer le bourek sur toute la longueur et je l’enlève après cuisson, ni vu, ni connu. Faites chauffer un peu d’huile dans une poêle et faites frire les bourek des deux côtés.

C’est prêt quand ils sont dorés à souhait. Dégustez avec quelques gouttes de citron.

Soupe à la Tomate et au blé concassé (Chorba Frik):

 

Pour 4 personnes:

* 250g de viande d’agneau (collier) ou de veau

* 100g de viande hâchée

* 500g de tomates fraîches bien mûres et 1 cuillère à soupe de concentré de tomates

* 1 poignée de pois chiches trempés la veille

* 1 bouquet de coriandre

* 1 branche de céleri

* 1 oignon

* 1 cuillère à soupe de beurre de graisse végétal (smen)

* 1 cuillère à soupe d’huile végétale

* 1/2 cuillère à soupe de poivre rouge

* 1 pincée de poivre noir

* Sel

* 1 verre à eau de blé vert concassé (Frik) parfois il est vendu sous l’appellation boulgour fin, vous pouvez aller voir dans les épiceries spécialisées et demander du Frik (c’est chic) !

* 1 cuillère à café de menthe verte séchée

Dans une cocotte, déposez la viande coupée en morceau, l’oignon râpé, la coriandre hachée, l’huile, le beurre, le poivre rouge et le poivre noir. Mouillez avec 1/2 verre d’eau. Faites revenir quelques minutes sur un feu modéré. Ajoutez les tomates réduites en coulis et le concentré de tomates dilué dans un peu d’eau. Laissez revenir 5 mn. Mouillez avec 1 litre d’eau. Mettez les pois chiches et le céleri en branche. Fermez la cocotte et laissez cuire 10 mn. A mi-cuisson, versez le Frik (blé concassé), fermez et finissez la cuisson environ 10 minutes. Pendant ce temps avec la viande hachée préparez des boulettes avec un peu de sel, poivre, persil haché et un peu de chapelure pour faire tenir le tout. Plongez dans la soupe et ajouter de l’eau si la quantité de soupe vous paraît insuffisante.

Dressez dans des bols à soupe et saupoudrez de coriandre et de menthe séchée (frottée entre vos mains), versez quelques gouttes de citron frais et c’est prêt. Et pour finir le menu, je vous propose un Tajine de pruneaux et abricots secs que l’on appelle LHam Lahlou (ou littéralement viande sucrée). La viande utilisée dans ce Tajine n’est pas toujours destinée à être mangée mais plutôt à parfumer ce plat. Ce sont plutôt les pruneaux et les fruits qui les accompagnent qui sont dégustés.

Tajine aux pruneaux:

Pour 4 personnes Pour cette recette il vous faut :

* 500g de viande d’agneau ou de veau

* 500g de pruneaux * 100g de beurre

* 1 oignon

* 3 cuillères à soupe de sucre

* 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger

* 1 bâtonnet de cannelle

* Une pincée de safran (ou 1 une capsule)

* Une pincée de sel

* Amandes effilées et graines de sésame

* En option: abricots secs, pommes..etc

Mettez dans une cocotte le beurre, la viande, l’oignon, le safran, la cannelle, et le sel, faites revenir et couvrez avec 1/2 litre d’eau et laisser cuire. Entre temps, trempez les pruneaux dans l’eau tiède et retirez-les lorsque la peau se détend. Faites la même chose avec les abricots secs. Plongez le tout dans la sauce. Ajoutez le sucre et la fleur d’oranger et laissez cuire jusqu’à ce que les pruneaux gonflent.

Réduisez la sauce et ensuite dressez dans une belle assiette et saupoudrez d’amandes effilées ou des graines de sésame grillées.

 

Cette recette peut aussi être réalisée avec des pommes épluchées, vidées et farcies avec une pâte à base d’amande en poudre, fleur d’oranger et sucre.Et voilà le repas est prêt.

 

Bien sûr, il y a d’innombrables desserts pour accompagner ce menu, mais je vous ferai la surprise une prochaine fois ! Vous pouvez aussi faire un bon thé à la menthe ou un café blanc : un mélange d’eau de fleurs d’oranger, de sucre et d’eau chaude, c’est très digeste. Je souhaite donc à tous les musulmans pratiquants un excellent mois de Ramadan et bon courage.

La fête du travail, du muguet et du couscous

Aujourd’hui, c’est la journée internationale des travailleurs, la fête du travail. Certains prônent même le vrai travail. Mouais !

Et bien pour ma part, aujourd’hui est la journée du vrai couscous. Voilà c’est officiel !!

Ce plat qui est l’un des préférés des français est synonyme de partage et de convivialité. Cependant, il accepte rarement les mélanges ou la cohabitation : il se déguste souvent seul, pas d’entrée ou de dessert si ce n’est des fruits frais de saison et un thé à la menthe. Comme pour garder son essence brute, son goût unique.

Allez et c’est parce que je suis gentille, je vous donne la recette de famille que nous gardons précieusement depuis des décennies. Vous le comprendrez assez vite: il y a la recette mais aussi ce qu’on a envie d’y ajouter, au gré des humeur et des envies. N’hésitez pas à y mettre votre touche personnelle.

Origine de la recette : La grand-mère de ma grand-mère qui l’a piqué à sa grande cousine (chut) !!

Nombre de personnes : 6 Personnes (ou 3 grands gourmands)

Temps de préparation : Ca dépend si le téléphone sonne ou pas.

Temps de cuisson : 1 h 00 min

Difficulté :Facile…. mais si c’est facile

Ingrédients :

• 750g de couscous fin

• Morceaux de viande d’agneau (collier), viande de poulet, et merguez si vous aimez

• 1 poignée de pois chiches trempés la veille

• 1 Botte de persil

• 1 Botte de coriandre

• 2 Bâton de cannelle

• 1 Branche de céleri

• 2 Oignons

• 200g de raisins secs

• 2 Tomates, 2 carottes, 2 courgettes longues, 2 navet…etc

• 4 Cuillères à soupe d’huile

• 1/2 Cuillère à café de safran en poudre

• 1 Cuillère à café de poivre

• 1/2 Cuillère à café de 4 épices

• 1 Bonne cuillère à soupe de beurre

• 1 Cuillère à café de gingembre

• 1 Cuillère à café de concentré de tomates

• 1 cuillère à café paprika

• Sel

Dans le bas du couscoussier (ou dans une cocotte), mettez le beurre, les morceaux de viande d’agneau lavés et coupés, les pois chiches, 2.5 litres d’eau, toutes les épices, les bottes entières de persil et de coriandre préalablement lavées, les oignons émincés, le céleri, les tomates coupées en dés, le sel, le poivre, portez à ébullition et laissez cuire 20mn.

Ajoutez ensuite le poulet et laissez cuire 10mn. Ajoutez les carottes et navets, les raisins secs, le concentré de tomates. Laissez cuire 10mn de plus. Ajoutez les courgettes et vérifiez la quantité d’eau et de sel. Laisser mijoter tranquillement.

Pendant ce temps, préparer la semoule (voir recette ici sur le super blog de Fatma).

Versez le couscous dans un grand plat et remuez,ajoutez un peu de beurre salé (ou de l’huile d’olive).

Dans une soupière, présentez le bouillon avec les pois chiches.

Dans un autre plat, installez les viandes et les légumes.

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez maintenant inviter les voisins, les amis, la famille, le chien, le boulanger, soyez nombreux pour déguster ce merveilleux repas.

Bon appétit !!