Kluger et Boissier, une belle union gourmande

photo 4

Dans quelques jours, les amoureux fêteront la St Valentin…ou pas

D’ailleurs à cette période, nous faisons couler beaucoup d’encre pour savoir s’il faut la fêter ou pas, j’ai moi-même écrit un post à ce sujet il y a quelques années.

Mais aujourd’hui il ne s’agit pas d’agiter la blogosphère avec cela mais de se taire afin de déguster…

Déguster les divines créations nées de l’association entre la fameuse Fabrique de tartes Kluger et le célèbre confiseur, la maison Boissier

J’ai eu l’immense plaisir de goûter le duo de tartelettes créées pour la St Valentin et je peux vous dire que le mariage de ces deux là est vraiment réussi.

Dans le coffret proposé à la commande à partir du 09 février, vous trouverez une première tartelette à base de pâte sucrée, des petits dômes collés-serrés composés d’un duo de crème vanille et framboise sur lesquels on retrouve des petits boules de bonbons framboise Boissier. J’ai trouvé cette tarte très fine avec l’onctuosité de la crème et le croquant du bonbon qui apporte une belle surprise en bouche.

La seconde tartelette est composée d’une pâte sucrée 100% cacao, garnie d’un moelleux chocolat et éclats du bonbon boule cerise Boissier. C’est fondant à souhait.

Bref, je trouve cette idée de cadeau gourmand très originale pour changer des roses et chocolat habituels.

photo 3 photo 5En plus, la gentillesse de Catherine Kluger et l’accueil chaleureux de la Maison Boissier n’ont rien gâché

Le coffret comprend les deux tartelettes Kluger et Boissier ST Valentin, ainsi qu’une mini boite Boissier garnie de bonbons boule cerise, le tout pour 18 euros (hors livraison)

Pour commander du 09 au 14 février c’est par ici :

 A la Fabrique Kluger

15 rue  Trousseau-75011 Paris

01 53 01 53 53- contact@klugerparis.com

A la Maison Boissier

184 avenue Victor Hugo- 75016 Paris

01 45 03 03 13- contact@maison-boissier.com

J’ai testé le Servan ! Girl power garanti

Cabillaud

Il y a quelques jours, armée d’un appétit d’ogresse et de ma doudoune, j’ai bravé le froid pour aller tester le restaurant Le Servan, orchestré par les deux soeurs Levha dont Tatiana aux fourneaux.

Cette jeune chef élève d’Alain Passard nous a proposé un menu simple et raffiné.

Accompagnée de la charmante Marie du blog Mariatotal, nous avons opté pour le menu de midi à 23 euros (entrée, plat, dessert).

Nous n’allions pas bouder notre plaisir !

En entrée nous avons pris le croustillant de tête de veau accompagné d’une petite salade de fenouil en lamelles, brocolis, avec quelques grains de moutarde et coulis d’oseille, divinement bien assaisonnée.

Entrée Servan

Ensuite nous avons opté pour le cabillaud qui était parfaitement grillé, peut-être un peu tiède à mon goût mais bon quand même !

Les légumes verts (parfaitement cuits) qui l’accompagnaient ont contribué à faire plaisir à la mangeuse de verdure que je suis.

Nous avons vidé nos assiettes avec quelques gorgées d’un vin rouge tout à fait correct.

Bien entendu nous ne pouvions pas quitter cet endroit sans le dessert.

J’ai pris un millefeuille maison très fin (fourré d’une couche de crème pâtissière à la vanille) et Marie a pris une part de tarte bourdaloue classique mais très efficace.

Dessert Servan

Côté décors, des vestiges de l’ancien restaurant sont restés intacts tels que les petits carreaux au sol.

J’aime beaucoup les banquettes en cuir vert ainsi que le long miroir au fond de la salle.

Le cuisine est ouverte sur la salle, nous avons donc pu voir Tatiana diriger sa brigagde avec une force tranquille, une totale zénitude.

Ce fut un agréable moment, allez-y mais réservez avant !

Pour vous y rendre c’est par ICI

Mon premier Salon du Blog culinaire #7

sbc_2014_abbaye_154

© Sylvain Bertrand

Il y a une semaine, je suis allée à la septième édition du Salon du Blog Culinaire à Soissons.

Une première pour moi et pour cause, je n’avais jusqu’alors jamais pu me rendre au salon, soit parce que mon emploi du temps ne coïncidait pas avec ce rdv, ou alors parce que je n’arrivais pas à trouver un moyen de transport assez pratique.

Mais cette année, je suis allée avec ma super copine pro du cake design, j’ai nommée la gourmande Virginie (que je remercie sincèrement).

Levées à 6h du matin un samedi (ouch), nous avons bravé le froid et le brouillard pour arriver dès l’ouverture. Comme nous étions bien organisées, notre programme était déjà fait. Nous nous sommes donc dirigées en premier vers le lycée hôtelier pour une séance de découpe de volaille avec le chef Fred, qui a été très pédagogue et disponible pour répondre à nos questions.

Et bien je peux vous dire que maintenant je sais découper une volaille convenablement, la classe non !

découpe chef Fred ok

© Sylvain Bertrand

Mais c’est que ça creuse la volaille !

Direction l’espace de restauration vers 13h pour casser la croute et goûter aux différentes spécialités apportées par les blogueurs, il y en avait pour tous les goûts et l’ambiance était géniale !

Nous avons d’ailleurs rencontré à cette occasion Joséphine et Hélène du blog Ellescuisinent avec qui nous avons partagé notre table.

Une fois le déjeuner fini, nous nous sommes dirigées vers l’abbaye de Soissons afin d’assister à des démonstrations culinaires notamment autour de la Fourme d’Ambert. L’endroit est magnifique et l’organisation vraiment très bien faite (Un petit clin d’oeil à Anne-Charlotte qui assure graaave). Nous étions comme deux petites filles au milieu d’un magasin de jouets.

abbaye ok

© Sylvain Bertrand

Une fois le tour de l’abbaye effectué, nous sommes allées d’un pas pressé vers l’hôtel de ville pour assister à une atelier de cake design. Ben oui, Virginie étant fan de la discipline nous ne pouvions pas passer à côté de cela, surtout lorsque c’est l’adorable Nina Couto qui anime l’atelier.

nina couto ok

© Sylvain Bertrand

Virgine était ravie et moi encore plus parce que nous allions clôturer cette belle journée par la démonstration du grand Philippe Conticini qui nous a ébloui avec la recette « Roulé pour mon chou », une préparation à base de  pâte à chou et de pavot, c’était divin !

Conticini ok

© Sylvain Bertrand

roulé

J’ai eu l’immense plaisir et la joie de le voir me signer son livre de pâtisserie et discuter avec lui quelques minutes. Je me croyais dans un rêve dont je ne voulais plus sortir. Je crois que je plane encore un peu.

Nous avons ensuite essayé de redescende sur terre pour faire un tour des stands des partenaires avant le dîner, lls étaient nombreux cette année :

Pour finir en beauté cette journée, nous avons dîné en compagnie de blogueuses hyper sympa avec qui nous avons bien ri.

dîner sbc ok

© Sylvain Bertrand

Nous sommes ensuite rentrées avec Virginie, épuisées, mais heureuses d’avoir passé une journée aussi enrichissante et riche en émotions et nous tenions à remercier les organisateurs du salon:

  • 750 grammes : 750 grammes (http://www.750g.com)
  • Le Lycée des Métiers le Corbusier (pôle hôtellerie) de Soissons et ses étudiants (association ADELYHS).
  • Le Lycée général Gérard de Nerval et ses étudiants en communication (MUC).

Vous l’aurez compris, j’ai trop kiffé cette journée, vivement l’année prochaine !

J’ai testé l’atelier de cuisine Cook&Go

Cook-amp-GO

Une fois n’est pas coutume, je vais pousser un coup de gueule.

J’ai testé cette semaine Cook & Go (9ème arrondissement de Paris).

Le concept : vous choisissez un menu (entrée, plat et dessert) parmi les différentes formules, vous venez cuisinez sous les conseils avisés d’un chef et vous repartez cuire vos plats et les déguster chez vous. Si l’idée paraît séduisante, la prestation m’a beaucoup déçu.

J’avais choisi un menu d’actualité sur le thème des élections américaines. Las. Après un accueil informel sans chaleur, première déception : en lieu et place du chef Arnaud Elain, pourtant promis sur le site internet, je me retrouve entre les mains d’un jeune chef apprenti d’une vingtaine d’année, adorable mais très vite dépassé. Deuxième déception : le jeune chef annonce qu’il va devoir jongler entre deux menus, un couple ayant opté pour le menu exotique. Deux entrées, deux plats, deux desserts à gérer en même temps ? Voilà qui sent le cours de cuisine expédié façon cantine. Adieu moment de partage, convivialité et conseils sur-mesure. Nous devions pourtant « créer le bonheur autour d’un atelier ».

Ce qui devait arriver arriva : un cours sans âme se résumant à une vulgaire épreuve de chronomètre pour un chef condamné à des dizaines d’allers-retours pour gérer nos deux menus. Les seuls échanges se limitèrent à « attendez, je finis avec messieurs dames et j’arrive » « attendez j’arrive pour qu’on fasse ça ensemble ».

Moi qui rêvais d’un moment d’échange avec un chef communiquant son savoir-faire et ses petits trucs, j’en fus réduite à des conseils triviaux sur l’art de couper un blanc de poulet en portefeuille et à la définition d’une maryse.

Waouh, bonjour la valeur ajoutée. Avec une organisation pareille, le chef en oublia les épices cajun dans mes ballotins de poulet et nous proposa notre boisson (comprise dans la formule) seulement 5mn avant la fin. Ca aurait été plus sympa de prendre le temps de boire son verre en cuisinant. Oui je sais, je rêve parfois ! Après une prestation bâclée, on prit par contre bien le temps de nous proposer un petit tour dans la boutique adjacente.

Verdict : Pathétique.

Mes seules découvertes furent les oeufs préalablement battus et mis dans un flacon doseur, prêts à l’emploi ( no comment).

Si la cuisine est une passion, elle exige convivialité, patience et pédagogie pour être enseignée. Chez Cook & Go, les cours s’expédient sans cœur et sans âme, laissant le sentiment amer d’être pris pour un pigeon (surtout au vu du prix déboursé). Les regards échangés avec ce couple aussi gêné que moi m’ont conforté dans mon sentiment. Quelle déception, quel manque de respect envers tous les passionnés de la cuisine.

Les Séductions du Palais

Les parisiens le savent, le soleil joue à cache-cache en ce moment, alors il n’y a rien de mieux à faire que d’aller flâner dans l’un des nombreux musées qu’offre la capitale.

Parmi les nombreuses expositions, celle qui a suscité mon intérêt est sans doute LE rendez-vous à ne pas manquer !

« Les séductions du Palais, cuisiner et manger en Chine » au Musée du Quai Branly. Cette exposition sur les arts de la table à travers l’histoire chinoise m’a mis l’eau à la bouche…

L’idée de trouver différents types de vaisselles pour la plupart inédites en France m’a enchantée et je ne fus pas déçue !

On découvre une rétrospective de la table du néolithique au 19ème siècle. C’est un merveilleux voyage initiatique à travers les dynasties (Zhou, Song, Yuan), les matériaux (le gré, le bronze, la céramique, l’or) et les traditions culinaires (les grillades, les épices, l’influence des cuisines venues d’ailleurs, le thé..etc).

Le parcours est ponctué de recettes ancestrales publiées sur les murs entre deux œuvres, comme la recette du chien braisé dans un bouillon de tortue ou celle de l’oie farcie rôtie dans l’agneau.

Par ailleurs, le musée Branly est le premier musée français à collaborer avec le Musée nationale de Chine d’où proviennent la plupart des œuvres, c’est donc un rendez-vous exceptionnel.
Bien sûr, je n’ai pas pu résister à mon péché mignon (les livres de cuisine) et je suis repartie avec deux d’entre eux !

Du 19 Juin au 30 Septembre 2012

Infos pratiques :

Musée du Quai Branly

37, quai Branly

75007 Paris

Tél. : 01 56 61 70 00mardi, mercredi et dimanche

de 11h à 19h

jeudi, vendredi et samedi

de 11h à 21h

http://www.quaibranly.fr

La GamonGirls Party 6…J’y étais !

Ce fut une première pour moi. Après des nuits entières à rêver de mon précieux sésame, après m’être inscrite sur liste d’attente en croisant les doigts tous les jours (j’en ai encore des bleus), j’ai enfin obtenu la fameuse invitation pour assister à cette soirée exceptionnellement féminine.

Arrivée un peu en avance tellement je trépignais d’impatience, les geekettes étaient déjà là et le hashtag #GGP6 en trending topic sur Twitter !

Qu’est-ce que la GGP ?

C’est la soirée GamonGirls qui réunit à elle seule 200 filles venues découvrir les nouvelles tendances High-Tech.

Cette fois encore, la Favela Chic a accueilli ces filles qui ont investi les lieux pour papoter, boire un verre et découvrir les dernières nouveautés High-Tech. Il y avait des blogueuses, des twitteuses mais surtout des femmes venues passer un agréable moment et faire de nouvelles rencontres.

L’appréhension était à son paroxysme : j’étais seule, elles étaient nombreuses, comment faire pour m’y retrouver ?

L’appréhension s’est vite évanouie pour laisser place à la joie et la bonne humeur. Avec des organisatrices de choix telles que Sandrine (GamonGirls) et Soazig, la soirée ne pouvait pas mieux se passer (liste d’invitées, vestiaire, ticket de tombola, ..etc), tout a été fait pour que même les plus timides s’amusent !

Les partenaires ont été vraiment incroyables : à peine ai-je fini de déguster une douceur concoctée par la maisons Dalloyau qu’un jeune homme me tend un blouson en cuir et me demande de prendre des poses sur une Harley Davidson!

Petites douceurs glacées !
Le Zelii, un déssert inédit par Dalloyau
J’ai voulu ensuite prendre un verre pour me remettre de mes émotions quand soudain Alix, la star de la Zumba me propose de danser avec elle sur des rythmes endiablés avec le jeu Zumba Fitnesse de 505 games.
Je n’ai pas eu l’occasion de me faire masser par les produits Weleda ni de me faire maquiller par Bobbi Brown car l’attente était longue mais j’ai adoré m’arrêter un moment chez Gigaset (il me faut le kit mains libres pour téléphone fixe!!) ainsi que chez Xoopar où j’ai découvert mon coup de cœur : le chargeur d’urgence Beam
Téléphone tactile pour maison
Câble de charge universel Fing Fing de Xoopar
Mon coup de cœur: le so cute chargeur d’urgence Beam
Pour bouger et s’amuser avec le jeu Zumba Fitness

Je n’oublie pas les autres partenaires qui ont fait preuve d’une grande disponibilité : Buddy Fruits, Graine de Photographe, Fitbitt, Geek up, Weight Watchers

Pour cette sixième édition, nous avons eu une marraine à la hauteur de la soirée: Géraldine Nakache qui nous a ébloui par sa simplicité et sa gentillesse (oui je suis comme ça, j’aime les gens gentils).

Enfin, pour clôturer cette belle fête nous sommes reparties les bras chargés de goodies !

Je souhaite donc une longue vie aux GGP et vivement la prochaine !!

J’ai fait des jaloux avec tous mes cadeaux

Souvenirs d’une veillée Foodstock

Ce 04 mai 2012, ce ne sont pas les quelques gouttes de pluie qui ont empêché les amateurs de fooding de se presser à cette nouvelle édition des veillées foodstock, organisée dans les jardins du musée d’art contemporain Mac Val à Vitry-sur-Sein et dont une partie des bénéfices sera reversée au centre d’accueil « Les enfants du Congo Béthanie ».

A l’honneur cette année un melting-pot culinaire: mini burgers à la grande saveur (Le Camion qui fume), velouté d’herbe au chèvre ou cochon mariné au barbecue proposé par James Edward Henry (Au passage), sans oublier « La parfaite » glace Häagen-Dazs revisitée par Tatiana Levha.

 
Burgers préparés par le Camion qui Fume
Le chef par James Edward Henry en plein travail
Cochon au barbecue
Et voilà le résultat
Bocal de douceurs
Océan de couleurs

Et là vous allez penser, oui mais il manque quelque chose ?

Que nenni !

Des cocktails pour étancher la soif des visiteurs: pas un, pas deux mais trois cocktails préparés à base de whisky Jameson et agrémenté au choix de fraise, pomme, abricot et même d’orties (recette créé spécialement pour l’évènement).

 

Aussi, pour les plus frileux, des braseros scintillant dans la nuit étaient disponibles ainsi que de grands coussins en mousse pour le confort de tous.

Joséphine Ose !
La Femme
Marie Modiano et Peter Von Poehl
The Two
Nous avons pu également retrouver sur scène des artistes venus réchauffer cette atmosphère pluvieuse. Bravo !